Ouvrir un e-commerce de laine

A l'heure où les petits commerces se retrouvent prises en étau entre grandes enseignes (Phildar, Bergère de France...) et grandes plateformes de distribution (Etsy, Amazon, Ebay...), la question de la création de son propre commerce peut sembler saugrenue ; et pourtant, nous allons voir qu'il existe bel et bien une possibilité de vivre de sa passion pour la laine et/ou le tricot en ouvrant son propre site de vente en ligne. 

Dans ce billet, nous allons essayer d'analyser les opportunités pour une personne désirant se lancer dans cette aventure riche en enseignements.

Boutique physique ou vente en ligne ?

La question divise ! Les pro-numériques vous diront sûrement qu'il faut vivre avec son temps, que l'on ne concevrait plus aujourd'hui de se déplacer en charrette, que le commerce en ligne est en phase avec nos nouveaux modes de vie. Les pro-boutique leur rétorqueraient vraisemblablement qu'un site internet ne permettra jamais de palper le produit ni le humer, qu'en matière d'appréciation d'une teinte, rien ne vaut la comparaison à la lumière du jour.
Et force est de reconnaître que les 2 visions se défendent. Il semble qu'il y ait de la place dans notre société pour les 2 approches, si tant est que l'une n'écrase pas l'autre !

Différences économiques

Les coûts d'implantation

En règle générale, les frais d'établissement sont sensiblement identiques que l'on ouvre un vrai magasin ou un e-commerce. De même, les frais de comptabilité pèseront à peut de chose près autant sur les 2 types de structures, tout comme les charges énergétiques, administratives, redevances téléphoniques et internet.
Alors qu'est-ce qui différencie économiquement une échoppe d'un site marchand ?
On pensera en premier lieu à l'acquisition du fond de commerce / pas de porte dans le cas d'un magasin.
En effet, les bonnes places sont chères (surtout dans les grandes villes) et la visibilité au coeur de la bataille commerciale entre vendeur et acheteur. De la même manière que les drive ont allégé les frais de structure des grandes surfaces, les sites de vente en ligne ont transformé l'univers du commerce, permettant à de petites structures de s'établir à la campagne ou dans des villes de petite taille ... pour peu qu'elles disposent d'une poste à proximité ou d'un transporteur privé.

L'enjeu de la visibilité

Sur internet, l'enjeu n'est pas le lieu mais le potentiel du nom de domaine ! Ainsi, et même si la pratique reste marginale dans la sphère du tricot et de la laine, il n'est pas rare de voir des noms de domaine être négociés en centaines voir en milliers d'euros.
La visibilité est bel et bien au coeur du commerce, qu'il s'agisse de présence physique ou digitale !
Un nom de domaine libre d'accès coûte entre 5 et 20€ par an.

L'importance de l'image

Quant à la question de l'image de marque, même si sa portée est différente, l'investissement reste assez semblable entre les 2 structures. Il est nécessaire d'acquérir (ou concevoir soi-même) une identité visuelle (un logotype) et une charte qui colle à l'esprit de la boutique, de ses client(e)s et de son positionnement qualité/prix.
Le coût d'une identité visuelle varie de 0 (si vous faites vous-mêmes) à 2000€ (si vous faites appel à une agence) en moyenne.

La gestion du stock

La question du choix pour le client est importante dans l'acte d'achat ... mais elle va revêtir un caractère plus ou moins déterminant selon qu'il sera seul ou guidé par un vendeur.
En effet, il est plus aisé de vendre un produit à un acheteur dans la mesure où ce dernier est "captif" et trouve un interlocuteur qui lui vante les mérites de son article. En revanche, dans une grande surface tout comme sur internet, l'acheteur est seul maître de ses mouvements. Pour qu'une vente se fasse, il est prépondérant que le chemin entre le client et le produit qu'il recherche soit le plus court possible car le client peut-être distrait par un appel, un pop up, un email, etc
De même, les commerçants s'entendent sur la nécessité de proposer du choix pour qu'il trouve parmi les articles ce qui lui convient le mieux au prix qui lui semble être le plus juste ou le meilleur.

Mais bien avant de se retrouver dans le rayonnage ou sur le magasin en ligne, c'est bel et bien la diversité des articles qui va pousser le client à se rendre sur les lieux. Demandez-vous si vous iriez dans un magasin qui ne vend qu'une seule sorte de vêtements de la même marque. Non ? Hé bien moi non plus.
Un gros stock implique nécessairement un gros investissement. Et plus la matière première est noble, plus l'immobilisation est importante. Pour vulgariser, dites-vous qu'un investissement de départ de 5000 à 7000 € est un gros minimum pour aborder la vente de laine.

Le marketing et le référencement

Toute entreprise a nécessairement besoin de se faire connaître et donc de cette fameuse "visibilité".
Que ce soit à travers des articles de presse, des publicités, des relations, des salons, du démarchage en boîte aux lettres, de l'emailing, du marquage véhicule ou que sais-je encore... une des clés de la réussite est donc bel et bien de se montrer et d'être vu !
Même si le terme est galvaudé, nous le résumerons ici par l'anglicisme "marketing". Pour une boutique physique, les moyens d'actions vont généralement s'arrêter à la sphère d'internet. Il va falloir payer un enseigniste, probablement des documents papier (type flyers), établir des liens avec les autres commerces pour créer une synergie, travailler sa vitrine, participer à des événements locaux, s'équiper en cartes de fidélité et/ou cartes de visite, etc
En résumé, l'essentiel des investissements va donc engendrer des achats d'éléments publicitaires imprimés. Il est donc vital de trouver un bon interlocuteur capable de vous fournir dans une large palette de services en respectant votre budget. Aujourd'hui, de plus en plus d'imprimeurs en ligne proposent leurs services, rendant ainsi très accessible la réalisation de ces supports ... si on est en mesure de fournir la maquette !
Sur internet, la compétition se joue à un autre niveau. On distinguera 2 objectifs : l'outil web et les apporteurs de trafic !
Concernant l'outil web, il est très important d'avoir recours à un professionnel. Même si aujourd'hui, certains fournisseurs d'accès, hébergeurs ou autres proposent des installations clé en main, il ne faut pas perdre de vue qu'il est ici question de l'outil de travail principal du e-commerçant. Un site bien fait techniquement a un prix qu'il ne faut pas négliger. Sauf à faire travailler un étudiant en webdesign à coup de "ça te fera une belle référence", un professionnel du code devra nécessairement investir du temps pour concevoir l'outil le plus adapté à votre approche du métier et vos contraintes.
Ce même informaticien / développeur devra pouvoir vous aiguiller sur l'autre point clé des sites marchands : le référencement. Par référencement, entendez ici le positionnement dans les moteurs de recherche (principalement Google, Google Images, Google Actualités...) car l'essentiel du trafic vous viendra de ce dernier. Autant votre structure de site web pourrait tenir quelques années sans nouvel investissement (3 à 5 ans max), autant le référencement est affaire de travail régulier. Il est vital pour votre visibilité d'opérer des modifications et des ajouts réguliers à votre site pour lui faire gagner en autorité dans les moteurs de recherche.
Si ce combat vous semble vain, que vous n'en avez pas les moyens, ou que vous n'y croyez tout simplement pas ... sachez qu'il vous reste la possibilité de payer pour être vus. Ainsi le moteur de recherche vous propose-t-il de payer pour l'affichage d'encarts publicitaire au dessus et en dessous de ses résultats dits "naturels".
Depuis quelques années, le web social a pris une part importante de l'activité internet. Les boutiques doivent donc à minima assurer une présence sur les principaux réseaux sociaux en vogue (Ravelry, Facebook, Instagram, Pinterest, Youtube...). Mais la e-commerçante alerte sait que la visibilité générée par son travail sur ces réseaux n'est qu'éphémère. En effet, le web social est un monstre vorace qui demande toujours plus de nouveauté pour satisfaire le besoin constant de nouveauté pour combler une certaine forme de vide existentiel. C'est la dure réalité de notre société moderne, mais ignorer cette part de visibilité, c'est indéniablement se fermer la porte d'un réseau et se couper de l'actualité du monde du tricot et du crochet !
Il est compliqué de chiffrer le coût du marketing ou du référencement car cela dépend d'énormément de paramètres. Mais retenez une chose : on n'a rien sans rien ! Au mieux, cela vous demandera beaucoup de temps ... au pire cela vous demandera beaucoup d'argent.
Le sujet est complexe et mériterait un billet à lui tout seul, nous arrêterons ici notre analyse du marketing et du référencement pour les boutiques de vente de laine !

Dans un prochain billet, nous aborderons les autres différences entre vente en ligne et vente physique :

  • Souplesse de l'agenda
  • Possibilité de vendre 24/24h 7/7j
  • Comportement du client
  • etc

Commentaires