ABC du Tricot : Tricoter un échantillon

De l'échantillon au tricot

Partisane du moindre effort ? On l'est un peu toutes !
Du coup, quand il est question d'attaquer un ouvrage, l'étape de l'échantillon retarde le moment tant attendu du montage des mailles. Et puis, on se trouve des excuses "c'est d'un ennui mortel", "j'ai la même morphologie que le mannequin", "il ne me reste que 15 jours pour le faire"...
Allez les filles, on lève la main toutes celles qui ont déjà sauté au moins une fois la phase d'échantillonnage ! Ok ok ... je lève la main aussi :)

Dans ce billet, nous allons passer en revue les avantages de cette étape clé du tricot (et aussi du crochet en fait) et voir ensemble les quelques astuces les plus utiles pour tirer le meilleur parti de cet échantillon.

Dans quel cas un échantillon n'est-il pas nécessaire ?

  1. Vous connaissez très bien ce fil à tricoter, vous l'avez déjà utilisé pour tellement de réalisations que vous savez exactement comment la fibre réagit.
  2. Vous vous êtes lancée dans la confection d'un châle, col, écharpe, snood, couverture ou tout autre ouvrage ne nécessitant pas le respect d'une morphologie.
  3. Vous avez déjà réalisé ce modèle... qui plus est avec la même laine. Vous pourriez le refaire sans les explications !!!
  4. Vous aimez ajuster votre tricot en cours de réalisation. Si pour cela, il vous faut tout reprendre, ça ne vous pose aucun souci. Faire et défaire, c'est toujours travailler !

De l'intérêt de tricoter son échantillon

Faire son échantillon, c'est avant tout l'occasion précieuse de découvrir le nombre de mailles et de rangs nécessaires pour mieux convertir ensuite les explications !
Mais la tricoteuse aguerrie sait que ce petit carré de 10x10 cm va lui apporter beaucoup plus !
  • D'abord, s'il s'agit d'un nouveau fil, cela va vous permettre d'étudier le comportement de la laine de manière générale et plus précisément avec les points retenus.
  • Ensuite, cela vous permet de bien jauger votre taille d'aiguilles et pourquoi pas changer votre fusil d'épaule si le diamètre retenu ne faisait pas l'affaire. Outre le diamètre, il nous arrive parfois d'essayer de nouvelles aiguilles ou de nouveaux câbles et ce petit galop d'essai permet de se mettre en selle correctement ! 
  • L'échantillon va également vous permettre de vous essayer aux points les plus techniques du patron et pourquoi pas même, essayer quelques variantes.
  • S'il vous apparaît nécessaire de double le fil, votre carré sera nécessairement différent. De la même manière si vous souhaitez mixer des fils différents, vous percevrez très vite l'intérêt de cette petite pièce préliminaire.
  • Il se peut que vous découvriez que votre fil n'est tout simplement pas adapté à votre patron.
  • Un échantillon permet aussi de voir le comportement de la fibre au lavage. Durant cette même étape, vous allez pouvoir vous assurer que la teinture ne dégorge pas. Imaginez la mauvaise surprise si le PH de votre eau fait fuir toute la couleur de votre pull !
  • Après lavage, on vérifie aussi que la laine ne rétrécit pas et comment tout cela se comporte après blocage.
  • N'oublions pas que même s'il est toujours possible de détricoter, certains fils souffrent si l'on démonte ses mailles. Une laine mohair ou laine mèche peu retordue vous donnera du fil à retordre assurément !
Voilà autant de raisons pertinentes justifiant la réalisation de notre échantillon tricoté !
Prendre le temps de le concevoir, c'est gagner un temps précieux et s'épargner bien des déconvenues.

L'échantillon : étape par étape

Comment tricoter mon échantillon ?

Sachez avant tout qu'un échantillon est par convention, un carré de 10 cm² (10x10). Pour les plus anglo-saxonnes d'entre nous, la cote se fait en pouces (inch) pour une valeur quasi équivalente : 4x4 inches ... soit 10,16 cm !
Astreignez-vous autant que possible à tricoter un échantillon plus grand car les mailles périphériques sont souvent plus irrégulières que celles du milieu. On considère qu'avec un carré de 15 ou 20 cm de côté, on a plus de chances d'avoir des mailles centrales représentatives. Libre à vous de tricoter plus encore, au delà de la régularité des mailles, vous aurez ainsi l'opportunité de tester le drapé qu'offre votre carré.

Echantillon en point jersey :

Vous pouvez attaquer celui-ci par quelques rangs avec du point mousse et faire de même sur chaque côté de votre carré. Cela permettra d'avoir une meilleure tenue de votre échantillon qui a la fâcheuse tendance à s'enrouler, rendant la mesure plus compliquée.

Evitez de prendre des aiguilles de taille différente à celles indiquées sur le modèle. La plupart des patrons vendus sur Ravelry ou dans les magazines ont fait l'objet de tests par des personnes sérieuses.
Il y a tout lieu de penser que le diamètre préconisé est donc le bon. Vous n'utilisez pas la même laine que l'auteur du patron ? Référez-vous alors aux préconisations indiquées sur l'étiquette de votre pelote de laine ! Si le résultat n'est pas à la hauteur de vos espérances, recommencez avec des aiguilles de taille supérieures ou inférieures selon le besoin.
N'oubliez pas qu'une laine réagit différemment en fonction du matériau de vos aiguilles (bambou, métal, plastique, acrylique, bois...), en fonction de la tension que vous appliquez sur votre fil ou bien encore en fonction du type d'aiguilles utilisé.

Echantillon en jacquard :

N'hésitez pas à faire votre motif dans votre échantillon. En travaillant avec X fils, on a tendance à avoir des mailles plus serrées qu'avec un jersey uni ! De même, tricoter avec des aiguilles circulaires a tendance à engendrer des mailles plus serrées qu'avec des aiguilles traditionnelles.
Qu'on tricote du jacquard, de la dentelle, des torsades, etc il est bon de connaître la taille de chaque motif. Ainsi, on prend conscience du nombre de motifs complets on peut obtenir sur chaque pièce et si nécessaire, on peut donc ajouter quelques mailles pour mieux répartir ces motifs.

A cette étape, il est bon de se faire une première idée en mesurant notre carré. Notez ces mesures car elles vous permettront de comparer la taille de l'échantillon pré-lavage et post-lavage.

Comment laver mon échantillon ?

Comme tout être civilisé, vous lavez vos vêtements (je l'espère pour vos amis en tout cas).
Hé bien si vous le faites pour vos textiles, alors faites-le aussi pour votre échantillon !
Procédez de la même manière que si vous deviez laver un pull, un cardigan ou tout autre ouvrage tricoté main. Un tricot qui bouge au lavage, ça arrive. Prévenez au lieu de guérir et lavez donc votre échantillon !

Il est plus complexe de simuler l'étirement de votre ouvrage eu égard au poids de la laine imbibée d'eau. Autant que possible, essayez de compenser cette différence de taille et de poids en tirant plus ou moins dessus pour tenter de reproduire la déformation due au volume d'eau contenu dans la fibre.
Certaines ont des propriétés mécaniques plus importantes que d'autres, on citera par exemple le bambou ou le coton. Il n'est en effet pas rare de constater des différences pouvant aller jusqu'à 5 / 10 ou même 15 cm de différence in fine.

Il en va de même pour certains points (type point mousse) ! On suspend alors notre échantillon au lieu de le faire sécher à plat pour jouer avec la gravité et déformer artificiellement notre carré.

Si votre échantillon vous semble un poil trop court, rassurez-vous, une fois porté, votre ouvrage aura en général tendance à s'ajuster à votre taille ... pour peu que vous ne lui fassiez pas subir de choc thermique !

Comment évaluer mon échantillon ?

Comme indiqué précédemment, un échantillon, ce n'est pas qu'un moyen de vérifier ses cotes. C'est également l'occasion de tester et évaluer le comportement de son fil à tricoter.
Commencez par manipuler votre carré de laine. Soupesez-le et appréciez sa légèreté. Jaugez la douceur du fil et assurez-vous qu'il ne vous pique pas ou ne vous crée de démangeaison. Sentez-le. Observez le comportement du textile, laissez le pendre et contemplez son drapé. Posez-le à côté de la pelote originelle pour comparer la teinte. Regardez-le à la lumière du jour pour évaluer son aspect, ses nuances. Essayez de vous imaginer cette petite pièce à une plus grande échelle. Comparez-le à d'autres échantillons. Si le modèle fait partie d'un ensemble, testez-le sur l'autre pièce textile.

En analysant ainsi votre échantillon, vous pourrez détecter les forces et les faiblesses de votre ouvrage à venir. Il sera alors temps de changer d'aiguilles, de modifier votre tension de fil, de vous enquérir de l'avis d'autres tricoteuses, d'opter pour un autre modèle... C'est le meilleur moment de revoir sa copie.

Comment mesurer mon échantillon ?

Une fois sec, vous pouvez sortir votre mètre et mesurer et si nécessaire ajuster par rapport aux explications du modèle. Comme vous avez pris soin de mesurer avant lavage, vous avez la possibilité de comparer la taille de votre carré avant et après le lavage / séchage.
Bien entendu, ce sont les mesures après lavage qui sont les plus importantes car ce sont elles qui sont les plus représentatives du tricot tel que vous le porterez une fois fini et bloqué.

Tout d'abord, je pose mon échantillon bien à plat sur une surface lisse et plane. Si nécessaire, à l'aide d'un tapis de mousse ou un fit de blocage, je fixe avec des épingles à minima au 4 angles mais le plus souvent aussi sur les côtés.

Certaines merceries ou sites de vente en ligne vous proposent un petit ustensile pour mesurer un carré de 5 par 5 cm. Si vous n'en avez pas, prenez un carton dans lequel vous découpez ce carré.

Je pose ensuite ma règle en parallèle d'une bordure et je compte le nombre de maille sur 1 rang. Je fais de même ensuite pour compter les rangs. Je n'hésite pas à reprendre mes mesures à plusieurs endroits de l'échantillon pour éviter toute déconvenue ultérieure.

Commentaires